•  

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  Confiance

    Maria Montessori a développé l’idée, il y a maintenant plus de 100 ans, que chaque enfant est doté de l’horme, une force intrinsèque qui guide son développement naturel. Aujourd’hui, ces principes sont démontrés par les nouvelles connaissances en neurosciences ! Celles-ci prouvent que le cerveau humain est prédisposé à se développer harmonieusement sur le plan cognitif, sociale et affectif pour peu qu’il grandisse dans un milieu respectant sa dignité et son autonomie.

    Nous croyons que chaque enfant possède en lui un potentiel inné qui ne demande qu’à s’épanouir.

    Notre rôle est alors de proposer un accompagnement propice à ce développement naturel : un environnement confiant, sécurisé et riche lui permettant de se mettre en action et de laisser émerger ce qui ne demande qu’à grandir en lui.

    Nous pensons qu’il est fondamental que le moteur d’activité de l’enfant soit endogène, que seuls les activités réellement choisies par l’enfant permettent un apprentissage efficace, joyeux et à long terme. Le rôle de chacun des membres de l’équipe pédagogique est d’accompagner chaque enfant dans ses élans spontanés ou de l’aider à s’y reconnecter. Ainsi, nous laissons, le plus possible, la liberté aux enfants de choisir leurs activités en les aidant à développer et gérer leur autonomie.

     

    Autonomie

    A quoi bon avoir des connaissances élevées en langage et mathématiques, si l’on manque de compétences relationnelles, sociales, si l’on est dépendant de l’autre et peu habitué à réfléchir ?

    Nous avons la certitude que si l’enfant se sent heureux et accueilli comme il est,  s’il sait s’exprimer, gérer ses émotions, travailler en groupe,  se confronter à un problème et le résoudre seul ou à plusieurs, et si en plus, on lui a laissé l’occasion de mettre en œuvre ses projets : créer, essayer, se tromper, remédier, réessayer, abandonner ou persévérer,  alors non seulement, il pourra facilement accéder aux compétences et connaissances de base du socle commun mais en plus, il sera prêt à devenir un adulte créatif et indépendant.

    Notre souhait est de guider chaque enfant vers son autonomie, créatrice mais aussi affective et sociale. Notre organisation hebdomadaire nous permet de proposer aux enfants des activités leur permettant de développer toutes ces compétences, les unes aux services des autres, y compris les compétences scolaires.

    Le rôle de l’équipe pédagogique est donc à la fois de créer les conditions environnementales permettant aux enfants d’exercer leur autonomie, leur volonté ; par l’environnement préparé de Maria Montessori et de proposer un accompagnement sécurisant mais non-invasif en adoptant une posture de guide bienveillant et rassurant vers l’apprentissage.

     

    Ecologie

    Comment accompagner aujourd’hui les enfants de demain sans se sentir investi de valeurs écologiques ?

    Il nous semble important de sensibiliser les enfants et leurs familles aux enjeux environnementaux actuels par les choix que nous faisons, à l’école, dans tous les domaines possibles : alimentation, énergie, gestions de déchets, choix des matériaux et des produits …

    L’écologie, sans être un axe fondateur de notre accompagnement de l’enfant, est omniprésent pour orienter nos choix pédagogiques.

    Par ailleurs l’écologie, c’est aussi, pour nous, la volonté de partager aux enfants, notre croyance que nous sommes tous responsables et acteurs de la santé de la planète par nos actes.

    L’éducation cosmique, proposée aux enfants dès 6 ans, va dans ce sens.

    L’école est labellisée éco-école depuis 2014.


    votre commentaire
  • Cette année, autour du temps de repas, puis de 15h à 16h30, tous les enfants de l’école sont en temps libre.

    Du temps libre ? Vous voulez dire qu’ils ne font rien alors ? Ils jouent ? Ils n’apprennent rien ? Ils s’ennuient ?!

     

    Non, du Temps Libre, c’est du temps pour construire, pour créer, pour être en face de soi et des autres, pour imaginer et projeter, pour essayer, rater, recommencer ou abandonner, pour rigoler, échanger, ne pas être d’accord, discuter et se réconcilier, se séparer puis se retrouver. Bref, c’est du temps libre mais pas du temps vide !

     

    Et concrètement, ça se passe comment ?

    Eh bien, en ce mois de juin, M. et ses copains aiment beaucoup se maquiller.
    Z et sa bande de bricoleurs passent leur temps dans l’atelier de bricolage et ont construit un engin roulant qu’ils font ensuite essayer à tout le monde.
    Y, E et G ont construit et déconstruit et reconstruit des tunnels dans le sable en allant jusqu’au fond !
    M et ses copines ont appris à faire du roller dans les virages en alignant les rollers et ça fonce ! Reste plus qu’à apprendre à s’arrêter vite pour jouer au loup-piéton ! C’est sans doute le prochain apprentissage (autonome). Les footballeurs et les « roulants » se sont mis d’accord sur une nouvelle délimitation de l’espace pour que nous puissions profiter de l’ombre des arbres pour installer des tables pour ceux qui voulaient faire des dessins de la cour.
    H. fait un élevage d’escargot, même qu’elle a trouvé par où ils font caca et maintenant tout le monde le sait !
    Il me semble aussi avoir aperçu T et 2 ou 3 copains qui font des séquences vidéo pour un montage…
    Et qui sait aussi tout ce que j’ai raté pendant que je m’occupais de semer les plants de tomates et de poireaux avec J et M….

     

    Non, décidément, le temps libre n’est pas vide et ce n’est pas non plus, du temps perdu…

     

    Du temps libre?

     

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Voici une question qui nous est souvent posée!

    L'inquiétude liée au fait de placer ses enfants en dehors du système classique, de la norme et ainsi sous-jacente, la possibilité de s'y réinsérer à un moment ou à un autre car il le faut bien...

     

    Alors vous trouverez ci-dessous un témoignage :

    J. a 9 ans, n'est jamais allé dans une école de l’Éducation Nationale et fréquente depuis 2 ans et demi l'Institution Maria Montessori d'Anjou.

    En dehors de l'école, J. pratique le football dans le club de son village. Il adore ça. Il s'y est fait des copains, qu'il voit deux fois par semaine lors de l'entraînement et du match et qui vont tous dans l'une des 2 écoles de la commune.
    L'encadrement dont il dispose est loin d'être similaire à celui de l'école. Entre compétition valorisée et relations adultes-enfants rudes (voire très rudes), il y avait de quoi, pour ses parents, hésiter à le laisser continuer.
    Et pourtant, cela n'est pas le souhait de J. car lui prend ce qui est à prendre et y trouve son compte. Il cherche à progresser, aime se retrouver avec ses camarades et semble être apprécié de tous.

    Bien sûr, parfois, il exprime le fait que son entraîneur crie beaucoup ou parle mal, et remarque aussi que certains enfants ne sont pas non plus très respectueux. Mais quand ses parents lui demandent ce qu'il ressent vis-à-vis de cela, il répond que ce n'est pas très agréable mais que, lui, de son coté, fait ce qu'il faut pour qu'on ne lui crie pas dessus.

    J. apprécie ce sport et s’accommode volontiers de ce cadre différent. Il s’évertue à saluer son entraîneur à chaque début et fin d'entraînement comme il l'avait appris dans son ancien club. Du haut de ses 9 ans, J. semble capable de bien analyser la situation et y adopte une attitude adéquate sans être dans la peur ou l'inhibition.

    Cet exemple montre qu'être hors-norme scolaire, ne signifie pas être marginal et encore moins fragile. Il ne s'agit pas d’élever nos enfants dans une bulle de coton. Il s'agit de leur offrir un environnement avec des outils qui correspondent aux valeurs que nous souhaitons pour eux et pour le monde: de l'écoute, de la tolérance, une bonne connaissance de soi afin d'être fort pour aller dans le monde; être capable d'écouter quand il le faut et de s'affirmer quand c'est utile.

     

    Notre projet est d'offrir un environnement favorable à la construction de chaque enfant, comme un terreau riche duquel les plants pourront ensuite être transplantés car ils seront suffisamment forts pour s'épanouir partout et semer à leur tour.

    Les enfants passent la majeure partie de leur temps à l'école (si on enlève le temps de sommeil !), dans quel milieu souhaitons nous les voir puiser ?

     

    Oui mais après ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique