• Les grands travaux - la mort du ver de terre -

    La mort du ver de terre”

    Une enfant trouve un ver de terre sur le carrelage. Elle l’observe. Il est dans le passage. Je ne dis rien. Je l’observe. Elle en parle à une camarade qui passe par là. Elles se penchent et l’observent à 2. Elles échangent: comment a t-il pu arriver ici ? Elle sollicite mon avis. Je n’en ai pas la moindre idée !

    Un autre enfant passe par là, occupé à quelque chose de visiblement important. Il manque de bousculer les 2 filles (dans le passage) et râle. Les filles râlent également. S'ensuit un échange plus ou moins harmonieux à 3. Résulte de cet échange la construction d’un “enclos” pour protéger l’animal. L’enclos est constitué de baguettes de bois style kapla, de barrières miniatures de chantier. Pour parfaire le tout, les filles dessinent un panneau de signalisation, viennent me demander d’écrire Attention! Je leur demande si elles savent écrire. Elles me répondent oui, un peu, avec une motivation proche de zéro. Nous négocions sur l’aide que je peux leur apporter. Je refuse de l’écrire à leur place sur leur panneau. Elles refusent d’essayer de l’écrire seules et que je leur épelle le mot. Nous tombons d’accord pour la solution suivante: je l’écris sur un papier brouillon, elles le recopient sur leur panneau. Le panneau effectué, elles le déposent sur l’ouvrage.

    Entre temps d’autres enfants ont apprécié le ver et la construction. Ils sont maintenant 4 ou 5. A parler, échanger, donner des avis. Le tout dans la bonne humeur. Des petits et des grands.

    Les enfants décident de partir dehors.

    Quand ils reviennent ils retrouvent le ver de terre mort, écrasé. Colère, recherche du coupable. Échange d’idées, argumentation. Puis la colère laisse place à la tristesse. Et que se passe t-il quand il y a un mort? Il y a célébration. La leader lance l’idée, et c’est parti. Cette fois le groupe est plus gros : 4 ou 5 enfants sont concernés et travaillent ensemble pour organiser la “sépulture”. Un emplacement est trouvé: dans la terre. Le matériel et la décoration sont réunis. Les enfants se dirigent avec le ver mort sur le lieu. L’atmosphère est lourde. Le ver est enterré. Fin de l’histoire. Les enfants passent à une autre activité absorbante.

    →observation

    →réflexion, capacité de se questionner, demander l’avis à d’autres personnes, analyser les réponses, se faire son propre point de vue, forger son esprit

    →être créatif, adapter son idée à la réalité matérielle, faire avec ce qu’on a

    →négocier, s’exercer à trouver un compromis,

    →être à l’écoute de l’autre et parallèlement être à l’écoute de soi

    →exercer sa patience

    →imitation, symbolisation

    →exercer ses capacités au leadership

    →vivre des émotions, les exprimer, les traverser. Éviter la cristallisation de l’émotion ou du problème.

    →fédérer un groupe

    Marcelline Clain, septembre 2016 

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :